Rencontres #23 (Artistes talentueux I)

   CHRONIQUES RETRO-TESTERINES – 36 –

par Jean Dubroca

Rencontres (#23)

 

DES ARTISTES TALENTUEUX (I)

___________

 

*De 1990 à 1994, j’ai écrit au moins, au hasard des archives, sur plus d’une centaine d’artistes peintres ou sculpteurs, pour ne parler que des principaux qui ont exposé à La Teste ou à Pyla-sur-Mer durant cette période. Dont certains de très grands talents comme Michel Brosseau, Eliane Beaupuy-Manciet, Grangilles ou Dominique Dorié. J’en ai aussi rencontré d’autres qui ont exploré des voies hors du commun. Extraits.

Chron 36 Grangilles 

Gille Grangilles Il revient chez nous après une escapade sur les bords de la Méditerranée. Il en a rapporté des aquarelles chaudement barrées de lignes de lumières et bordées de barques rondes ensoleillées. Mais il a vite retrouvé ses amours atlantiques à travers une trentaine de petits formats à l’huile qui évoquent les diverses heures des saisons. Alors, huiles et gouaches parlent de vastes paysages marins, traités dans les règles de la composition classique mais en touches impressionnistes transparentes. De ces cadres réduits il fait jaillir des mondes où la terre et le ciel se mêlent en lignes presque symétriques. Cependant, le plus souvent, ce ciel accapare la toile. Un ciel profond, tourmenté, bleuté comme si les vagues océanes montaient jusqu’à ses plus basses nuées, collé aussi à cette « terre qui respire » dont parle Mauriac. Des ciels riches de vapeurs chargées de senteurs d’iles lointaines ou de la gloire des « rêves héroïques et brutaux » des conquistadors. Des ciels comme ceux d’Eugène Boudin dont les vapeurs mêlent les eaux de la mer et des estuaires. A l’indécise jointure de la réalité et du souvenir d’un instant, flottent quelques voiles et avancent des silhouettes qui avivent l’espace éclairé par ces signes éphémères comme Claude Monet sait en placer. Alors, en peignant cet univers marin, Grangilles rejoint Rimbaud quand il écrit : « Je l’ai entouré avec ses voiles amassées et j’ai senti un peu son immense corps ».

Chron 36 Bandeau Expo(29 septembre 1992)

 

– Légendes photos :

– 1 : Gilles Grangilles dans son exposition à La Teste. (Photo : J.D.)

– 2 : Paysage du Bassin par Grangilles. Huile 50 x 30. (Rep : J.D.)

 

36 Dorié 2006Dominique Dorié. Venu de sa Normandie natale, Dorié est tombé amoureux du Bassin en 1990. Si bien que, abandonnant des ciels lourds de pluie et auréolés de pommiers stellaires, il restitue dans ses huiles, à touches comme prudentes, les lumières diaphanes des vignes bordelaises, de l’île aux oiseaux ou des rivages du Canon. Dorié a appris le classicisme en travaillant très jeune dans les ateliers de restauration des tableaux du Louvre. Mais la nature l’a happé. Si bien que de cette double influence est née une œuvre exprimant la richesse picturale de paysages variés traités de manière des plus originales. D’abord, parce que, dans cette exposition pilataise, qui reste une privilège pour le visiteur, il utilise presqu’exclusivement le format carré. Rarement choisi par les peintres, cette forme géométrique donne aux œuvres de Dorié une sérénité et une figuration très personnelles. En même temps qu’elle lui permet de valoriser ses lignes de construction car, car dans ce carré, parfait par définition, cercles, rectangles, ou autres motifs se détachent solidement grâce à de larges surfaces mouvantes, colorées à grands traits ou pointillées de boucles vivantes. Dorié ne dissout pas ses formes comme le firent les Impressionnistes mais il les intègre dans d’habiles jeux d’ombres et de lumières, dans des transparences filiformes, dans des reflets somptueux de douceur et de force enlacés.

                               (26 octobre 1991)

 

 

– Légendes photos :

1- Dorié terminant une œuvre. (Photo : J.D.)

2-Paysage de l’île aux Oiseaux par Dorié.

– En bandeau : exposition.