Hula Hoop !

Souvenirs d’enfance #3

Hula-hoop !

par Marie Christiane Courtioux

Un petit coup d’oeil dans la glace, avant les fêtes de Noël, plus gourmandes que spirituelles, rappelle à certains d’entre nous qu’un peu d’exercice …

Sous un soleil quasi printanier, le Bassin offre l’embarras du choix. Marche en prés salés, baignade en mer… ou en piscine, escalade de dune, cyclo sur pistes, randonnée en forêt, tennis, golf…Aucune excuse pour le laisser aller. Mais chut !

Me revient alors le souvenir d’un Noël 56. Plus tout à fait enfant, pas tout à fait « ado » ( mot inconnu alors), les parents manquaient d’imagination pour remplir le petit soulier, vu que la chambre était pleine de dinettes et de poupées ( pas encore Barbie) à l’ancienne, de berceaux comme des vrais, patiemment habillés de cotonnades rose et bleue par les doigts de fée de maman ou de mamie !

Surprise de mon oncle très cher, un pantalon en velours côtelé marron ! Rentrant au Lycée Mondenard ( Camille Jullian) à Bordeaux après les fêtes, je m’étais fait taper sur les doigts pour avoir porté un vêtement inconvenant, la règle étant au bleu marine, sans aucune fantaisie, jupe plissée et manteau assorti. je l’ai toujours et je n’y rentre plus !hula_hoop_publicite_a1

Et de je ne sais qui – tante ? plus jeune, et lectrice de Elle- un cerceauTiens un cerceau de barrique, commente mon grand père, et vous êtes allés le chercher à Bordeaux ! ( sous entendu, vous avez dépensé de l’essence en pleine crise du canal de Suez) – un cerceau vert, un tube creux en matière plastique. Pas de ceux qui illustrent les gazettes enfantines, le gamin faisant courir le cerceau à petits coups habiles de bâton. Bien mieux, et surtout tellement nouveau et venu d’ailleurs, d’Amérique, un cerceau dans lequel il convenait de sauter à pieds joints, puis de le remonter à la taille, et enfin, de tenter de le faire tourner en l’appuyant alternativement sur les hanches, le plus longtemps possible. Et tous en coeur, de compter les tours… Et un, et deux, et de trois..Et hop un de chute !

Mon arrière grand mère furieuse : Mais vous allez vous casser les reins ! Elle pensait : c’est tout à fait indécent. Et elle n’avait pas tout à fait tort puisque vérification faite, le cerceau venait d’une vieille tradition britannique,  mais le mouvement, rapporté par des navigateurs anglais, reproduisait  la hula hawaïenne.

Hula + Hoop = Hula Hoop ! Pour nous petites bourgeoises françaises de la campagne girondine, viticole, encore desservie le vendredi matin par le fourgon du poissonnier ambulant, un monde d’exotisme, de libération du corps, de provocation audacieuse, s’ouvrait à nous et devant les yeux réprobateurs  des anciens.

Comme on avait soif, alors, d’un nouveau regard sur la vie. Et tout à coup, ce souffle de Californie, ce rêve d’Amérique, conjugué avec les images et le rythme de « Rock around the clock », les premiers titres d’Elvis Presley, les chevauchées fantastiques à moto dans le désert de Mohave…Une génération était en train de naître. Génération Johnny !

A Arcachon, le cinéma Olympia programmait déjà « A l’Est d’Eden ». Quelle révélation ! Et naturellement, je fus amoureuse de Jimmy Dean, l’enfant au visage douloureux, à la recherche d’un amour maternel refusé, caché dans une maison close. Et plus tard, en Californie, je pris la route de Salinas, à la recherche du mythe qui nous inspire toujours. Et je perdis mon Hula dans de nouvelles aventures.

MCC

charter_bob_hula_hoop3844

° Le site « Mortal Journey » nous en dit beaucoup plus sur cette mode des années 58-59, adaptée de traditions tribales, indiens du Nouveau Monde, gymnastes australiens, etc. Clin d’oeil du destin, c’est au moment où le monde craint le plus de manquer de pétrole, que la Phillips Petroleum met au point ce matériau nouveau, le plastique polyéthylène de haute densité, adapté par la suite sous forme allégée par la firme Wham-O. Au pic de la mode, elle en fabriquait 20.000 par jour ! On ne comptait plus les compétitions, festivals et autres événements autour du Hula Hoop. Les frères Cohen ont raconté l’histoire de cette étonnante réussite, dans leur film « Le grand saut » ( 1994, titre original »The Hudsucker Proxy ») 

Le Grand saut Bande-annonce VO

° Le « culte » du cerceau se perpétue comme en témoigne un, parmi d’autres, clubs d’amateurs  à Lyon

Profitons des conseils de « Hoopinette » pour éviter …« de se casser les reins »…

° Quant au rêve américain, en cette année présidentielle, c’est une toute autre histoire !