Insolite Château Mader, un rêve d’amour cinq étoiles

65 – TALENTS DU BASSIN

par Jean Dubroca

 

– Patrimoine : Pierre LePendevent a sauvé le château Mader.

 

– Le château Mader (*) se situe au nord de la ville Gujan-Mestras, près du rivage du Bassin. Il se présente comme une grande villa néo-classique, marquée par le style « belle époque » avec des lignes très pures mais marquées de fantaisie et de légèreté soulignées par  sa teinte blanche. Depuis 1908, il fait partie du paysage local et en constitue une vision originale, pour ne pas dire unique dans cet habitat fait le plus souvent de maisons basses et modestes.

Ici, c’est l’ostentation et l’étalage d’une certaine joie de vivre. Il est vrai que le château Mader a été construit par Clara et Camille Mader, un jeune couple filant le parfait amour. Et d’autant plus fort que Clara Mader, née Thépenier, était liée aux frères Godard qui avaient fait fortune dans le commerce du vin à Bordeaux. Évidemment, ils avaient vu d’un très mauvais œil ce mariage de Clara avec un homme qui n’avait pour richesse que ses connaissances scientifiques et techniques et sa passion pour la mer. Dès ses débuts, le château Mader porte donc l’auréole qui couronne habituellement tous les Roméo et Juliette du monde et de toutes les époques. Ce qui le rend particulièrement attachant et confère à sa valeur patrimoniale l’empreinte d’une belle histoire d’amour. Et explique sans doute pourquoi les notables de la région s’y plaisaient tant, lors de réceptions somptueuses.

La construction voulue par les deux amoureux s’élevait alors au centre d’un immense parc qu’on appelait le domaine de La Hourcade et qui s’étendait jusqu’au Bassin de façon à ce que Camille Mader puisse faire des essais sur la motorisation marine. Hélas : la tuberculose viendra briser ce bonheur, en 1911 ! Devenu veuf, Camille Mader, fidèle au souvenir de son épouse qui avait voulu cette demeure, y vivra jusqu’en 1946. Il dut y développer certaines entreprises, notamment durant les années 1920-1930 où l’on fabriqua dans ces lieux du chocolat en poudre sous la marque « La Hourcadine », comme l’atteste une boîte métallique récemment retrouvée.

Les héritiers de Camille Mader céderont le château et 4000 m2 de son vaste parc, en 2005, à Thierry Alonso. celui-ci avait alors créé le magazine « Bassin-People » et imaginait de faire du château Mader un centre artistique auquel des célébrités auraient donné un rayonnement national, voire international. Le nouveau propriétaire avait envisagé même d’y créer le « Festival international du film du Bassin d’Arcachon ». Rêve éphémère dans un marché introuvable ? Thierry Alonso et ses revues font faillite dès 2010.

Voilà donc le château en vente en 2013. Mise à prix : 930 000 €. Or, voilà aussi que lors d’une promenade à vélo, passe devant le bâtiment qui a beaucoup perdu de son charme, un Breton, Pierre  LePendeven. Cet ingénieur des Ponts et Chaussées qui a fait fortune en bâtissant des villas pour stars en Californie a eu la bonne idée d’épouser une Gujanaise. Le château a l’allure un peu tapageuse de ces logis de célébrités hollywoodiennes qu’il a construits. Aussitôt, il tape dans l’œil de ce spécialiste. Il l’achète et, dès 2014, lance ses travaux de restauration. Il lui faut un bel optimisme : l’eau s’infiltre partout par les terrasses percées, le décor est délavé, les plâtres s’effritent, les peintures s’écaillent, les planchers sont pourris, le parc est goudronné.

Trois ans plus tard, Mader est en voie de retrouver toute sa superbe. S’il reste encore le premier étage et le rez-de-chaussée à réparer, le second étage est entièrement restauré. Plusieurs pièces du second étage, 186 m2 sur les 521 m2 habitables, ont été entièrement refaites mais en respectant un esprit début XXème siècle qui ne manque pas de chaleur et de fantaisie souriante puisque l’on s’attend à découvrir une créature de Feydeau cachée derrière un lourd rideau à fleurs. Et même les salles de bain portent cette empreinte avec leur carrelage « Métropolitain parisien ». Enfin, le parc reboisé accueille vaste pelouse, spa, piscine, rotonde et gloriette. Ce que l’on découvre avec ravissement depuis la large terrasse de 200 m2, meublée de mobilier coloré d’où l’on découvre le Bassin. Un décor où se plairont les hôtes du château qui bénéficieront de tout ce qui fait le charme des locations de tourisme classées cinq étoiles ( juillet 2017). Le ministère du Tourisme ne monte pas plus haut.

Et bien malin qui oserait dire qu’ils ne devineront pas que les âmes mêlées de deux amoureux qui flottent là depuis plus d’un siècle ne les attendaient pas.

 

J.D.

5 avril 2018

__________________________________________________________________________________________

(*) Gujan-Mestras. Bd Pierre- Dignac. www.chateaumader.com