1923 : Carnaval, bals masqués, tuberculose, bienfaisance et concours hippiques

Av/11 fev.

                    L’ACTUALITÉ  ARCACHONNAISE IL Y  A PRESQUE CENT ANS

                    AVEC  « L’AVENIR  D’ARCACHON »   DU  11  FÉVRIER  1923 (1)

                                  * L’ÉDITORIAL  D’ALBERT  CHICHÉ *

+ Cette semaine, Chiché rend un hommage sur trois colonnes à Antoine Jourde. (2) Son texte apporte des précisions sur le personnage et d’abord qu’il fut grièvement blessé en 1870, pendant la guerre contre la Prusse. Ensuite, Chiché définit le « Boulangisme » auquel, Comme Jourde il a adhéré : « Un général populaire qui combat l’opportunisme, adversaire du régime parlementaire et partisan de la révision de la Constitution au moyen d’une assemblée constituante ». Puis Chiché explique la défaite nationale du général Boulanger « par sa fuite avec une femme pour aller filer le parfait amour sur la terre étrangère ». (3). Après, Chiché raconte une visite, le 9 novembre 1889, d’une trentaine d’amis de Boulanger, installé à Jersey : « une manière d’inaugurer le permis de circulation gratuite sur les chemins de fer pour les députés ». À la proue du bateau qui, de Granville, relie Jersey, Déroulède ne manque pas de déclamer des vers où il évoque la conquête de l’Angleterre par les Normands.

     Suit l’évocation du déjeuner offert par ses amis au général avec un somptueux menu comme il était de coutume à cette époque et qu’on lira par ailleurs. À noter qu’y figurent « un filet de bœuf à la Constituante » et  des « perdreaux révisionnistes ».

    Puis le journaliste évoque l’oubli dans lequel sont tombés les trente convives, sauf Maurice Barrès. Il évoque surtout le suicide du général, le 30 septembre 1891 sur la tombe de sa maîtresse à Bruxelles. (4)

   On apprend par la suite que Boulanger a sauvé la Société scientifique d’Arcachon des convoitises des Ponts et Chaussées qui voulaient s’installer à sa place ce qui n’aurait pas permis la construction du laboratoire marin que nous connaissons encore aujourd’hui.

   Enfin, Albert Chiché conclut ainsi : « Antoine Jourde était membre du Conseil de l’Ordre et du Grand collège des Rites du Grand Orient de France. Il connaît aujourd’hui le mystère inconnu des vivants ».

                                               * INFORMATIONS *

+ M. Georges Goyau, grand écrivain catholique, gendre de Félix Faure, prépare dans la solitude, au Grand hôtel du Moulleau, son discours de réception à l’Académie française. (5)

+ M. Maugon, entrepreneur, va entreprendre les travaux d’agrandissement et d’embellissement à l’église anglicane, place des Palmiers.

+ Jeudi, vers 15 h. un cheval pénétra à une allure folle dans les jardins du casino mauresque où jouaient un grand nombre d’enfants. Un courageux citoyen dont nous ne connaissons pas le nom et qui serait un entrepreneur de notre ville se jeta à travers les pelouses à la poursuite de l’animal furieux et parvint, après une course effrénée, à le capturer et à le maîtriser.

+ Gala de bienfaisance, mercredi 13 février, dans les salons de l’hôtel Victoria, organisé par les Dames de la charité au profit des pauvres. Au programme : à 14 h. guignol ; à 15 h 30 : concert avec le gracieux concours de Mme Donalda, du Royal Opera de Covent Garden. Entrée au concert : 5 fr.

                                   * TOUT POUR LA PATRIE *

+ Classement du tir du 4 février : 1e Boulan, 2e Ducour, 3e Pratviel, 4e Estère, 5e Lanau.  

+ Dimanche 11 février, les élèves exécuteront les exercices d’éducation physique figurant au programme des examens et dimanche 18 février, marche de 25 kilomètres. 

                                   * COMMISSION  D’HYGIÈNE * 

+ L’état sanitaire de la ville a été longuement étudié. Les statistiques pour 1922 sont largement réconfortantes. Le taux de mortalité est de 1,29 %, très en dessous de celui de 1921. La fréquence de la tuberculose montre que le tribut payé à cette maladie par la population indigène reste bas par rapport à la moyenne relevée dans les villes de même importance.

                                        * CARNAVAL 1923 *

+ Trois grands bals masqués auront lieu à l’Olympia, le 11 février, le Mardi gras 13 février et le dimanche 18, à 8 h.30. L’entrainant orchestre Duvignac avec ses danses françaises  et ses quadrilles endiablés et le Charlot-Jazz, avec ses danses américaines, joueront sans arrêt. Entrée 2 fr.

+ Tout le petit monde d’Arcachon pourra s’amuser au joyeux bal d’enfants du 15 février à 4 h. à l’Olympia avec un bal costumé, paré, travesti. Entrée : 1 fr pour les enfants, 2 fr pour les grandes personnes.

                                             * SYNDICAT D’INITIATIVE *

+ Le président se rendra à Bordeaux pour rencontrer des officiers afin de préparer le programme d’ensemble du concours hippique durant la semaine de Pâques. La dépense prévue pour l’organisation est de 8.000 fr. Le syndicat s’est inscrit pour 5. 000 fr. dans l’espoir que la différence pourra être fournie par les associations de commerçants d’Arcachon. Cette manifestation assurera le succès de notre saison de Pâques.

                      * BULLETIN  MÉTÉOROLOGIQUE PAR M. MOULS *

                                          * LES  RÉCLAMES *

ET PENDANT CE TEMPS, ON PEUT LIRE  À LA UNE DU « FIGARO » DU 11 FÉVRIER

  UN  ÉDITORIAL  D’ARSÉNE  ALEXANDRE : « JEAN-LOUIS FORAIN À L’INSTITUT »

+ « Avec lui, l’art humoristique entre officiellement sous la Coupole. Notre temps a bien compris la valeur de ce tour d’esprit qui tantôt traite plaisamment des choses graves et sérieusement des choses frivoles. Mais Forain est plus qu’un humoriste : c’est un grand satirique (…) ». (6)

                                                           * ÉCHOS *

+ Les femmes en Russie. Il y a trop de femmes dans ce pays. Une association américaine veut faire venir ces malheureuses Russes dans son pays qui manque cruellement de domestiques. 

+ Nouvelle cause de divorce. Malgré le droit de vote et d’éligibilité accordé aux femmes en Allemagne, une loi prévoit que si une femme juge instruit des affaires de mœurs, son mari peut demander le divorce.

+ Le Saint-Père et le féminisme. À l’occasion de l’audience qu’il a accordée à la doctoresse Mary A. Molly, doyenne de l’université catholique féminine de Winona, S.S  Pie IX s’est prononcé pour une large culture supérieure des femmes, affirmant que le monde a un égal besoin des femmes cultivées et des hommes instruits.

+ Pour ne voir que du bleu. « La nuit lumineuse », par Hervé Lauwik. « Cannes qui n’apparaît le jour que comme un humble port de pêche au bord des plus belles villas du monde ne vit que la nuit ».

                  * VOULEZ-VOUS VIVRE LONGTEMPS ?  LISEZ MONTAIGNE *

+ L’illustre professeur bordelais Armaingaud (7) conseille à ses confrères de l’Académie des Sciences de lire Montaigne dont la lecture assure une action efficace sur la longévité de la vie. Il ajoute : « depuis 74 ans « Les Essais » est mon livre de chevet car Montaigne nous apprend à vaincre nos passions, à juger les gens à leur juste valeur, à pratiquer la tolérance et à mieux se connaître pour mieux se porter ».

                                       * LE  POUR  ET  LE CONTRE *

+ Il n’est pas question de coloniser la Ruhr occupée par les troupes franco-belges c’est pourquoi  le problème d’y nommer un haut commissaire pour l’administrer est posé.

                                   * ENTREVUE DU QUAY D’ORSAY *

+ La Ruhr est interdite au Chancelier et aux ministres du Reich. La décision franco-belge a été notifiée aux autorités allemandes afin que la venue de ces autorités ne recommence à provoquer des troubles et des excitations dans la population qui seraient nuisibles à ses intérêts.

                                                                       15 février 2021,

                                                                          Jean Dubroca

_____________________________________________________________

  • Source Gallica/BNF
  • (2) Antoine Jourde (1848-1923). Premier député socialiste indépendant de Gironde en 1906 il eut un parcours politique tortueux, très Girondin. Anarcho-socialiste de 1879 à 1885, il rallie le général Boulanger en 1889 et se trouve élu député, allié  avec Albert Chiché. Mais en 1890, il manifeste en faveur de la journée de huit heures. Retrouvant l’appui des Socialistes, il est réélu de 1898 à 1902. En 1898, il refuse de soutenir Zola dans son combat pour Dreyfus. En  1902, il perd son siège car il a refusé de rejoindre la SFIO. Il le retrouve de 1906 à 1910 en tant que « socialiste indépendant ». Il est battu en 1910 par le socialiste SFIO Calixte Camel.
  • (3) En fait, Boulanger a fui en Belgique à la suite d’une demande d’arrestation pour soutien et participation à une ligue dissoute. Il part avec sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains.
  • (4) « Ce général est mort comme il a vécu : en sous-lieutenant » a dit Clémenceau.  
  • (5) Partisan éminent du catholicisme social.  
  • (6) Jean-Louis Forain (1852-1931). Il fit aussi un peintre de talent.
  • (7) Professeur Armaingaud (1842-1935) Il est l’initiateur d’un grand mouvement en faveur des hôpitaux maritimes et à ce titre il créa le préventorium devenu St Vincent au Moulleau.