1923 : chars et musique, voiles et cinéma

AV.18 mars.

                           L’ACTUALITÉ  ARCACHONNAISE IL Y A PRESQUE CENT ANS

par Jean Dubroca

                                     AVEC « L’AVENIR » DU DIMANCHE 18 MARS 1923 (1)

                                                  _________________________________

                           * L’ÉDITORIAL D’ALBERT CHICHÉ : « VICTOIRE » *

+ Cet éditorial donne une idée de ce qu’un nombreux public a pu applaudir pour la cavalcade du 11 mars qui s’est déroulée « sous un beau soleil de printemps car la Madone ne pouvait rien refuser aux trois bons chrétiens, Léo Neveu, Valleau et Peyre qui avaient allumé un cierge à la chapelle Notre-Dame ». On a donc vu défiler, notamment :

            – Des hussards du Ier Empire,

Char de la musique (collection Michel Boyer)

            – La municipalité de Peyroutas, son maire et ses            adjoints, d’aussi bon teint que

                ceux d’Arcachon,

            – La musique de Gujan-Mestras,

            – Le char des transports précédé d’un éléphant géant,

            – L’équipage de l’huître qui a besoin d’une prompte guérison, (2)

            – Une auto couverte de trois mille violettes en papier,

            – Le char de l’Atlantique traîné par de superbes chevaux,

            – Le char des Japonaises,

            – Les autos : celle des bleuets et celle des coquelicots,

            – Une guinguette de Montmorency et ses danseuses 1830,

            – Le char des midinettes,

            – Le char de la reine des anciens combattants « en apothéose ».

Une foule énorme remplissait nos rues, le Repetto était archi-complet et le commerce local a réalisé des bénéfices considérables.

                                             * CORRESPONDANCES *

                                        UN MÉCONTENT DU CARNAVAL

+ Le char des gymnastes était le plus moche que nous ayons vus. Nous avons pu y voir des jeunes gens sans maintien, sans ordre, sans uniforme, rassemblés sur une plate-forme, n’ayant jamais montré de la gymnastique tout au long de la promenade. C’est bien normal que pour le concours il ait été classé dernier. Signé : un abonné.

                                              LETTRE  DE  CANNES  

+ Jean Beaupuy, « tout triste »,  a vu partir du port de Cannes les voiles blanches des ‘’skipeurs’’ arcachonnais « qui ont remporté ici des succès inoubliables. Ils ont eu tous les premiers prix. Bravo pour Jean Tossens, Caporal et Saoautouraï ; ‘’ Cupidon’’ : Paul Tossens et Aile (3) ; ‘’ Chardon bleu’’ : Babut et les frères Rochereau ; ‘’Guy-Val’’ : René Etcheber ».

                                               * À  SAINT-ELME *

+ On y a fêté Saint Thomas d’Aquin, patron des écoles catholiques. Les jeunes acteurs ont joué « Tribulation et apothéose de Triboulet » dont l’auteur est le Père censeur du collège. Pierre Morvan et Guy Autchiski ont aussi joué dans « Les Précieuses ridicules ». Félicitations aux acteurs et aux maîtres intelligents et libéraux qui ont monté une œuvre de Molière sans avoir recours à une censure mesquine réclamée par les Pharisiens.

                                                           * TÉLÉGRAMME *

« Brimborion : avez perdu votre pari. Serai à Arcachon avec film cavalcade mardi. Présenté jeudi cinéma Novelty. Signé : Films Erka-Couzinet ». (4) En effet, nous avons pu voir, jeudi, une bande fort bien réalisée, claire comme le jour, qui nous a fait revivre la journée merveilleuse de dimanche.

                                                        *  LES  RÉCLAMES *  

+ La Librairie Générale, déjà !  

                 ET  PENDANT  CE TEMPS, À  LA  UNE  DU « PETIT PARISIEN »,

            L’OCCUPATION  DE  LA RUHR FAIT ENCORE LES PLUS GROS TITRES…(1)

+ « Une démarche de Berlin auprès de l’Amérique ». L’Allemagne a fait savoir à Washington à quelles concessions elle serait prête pour faire cesser l’occupation de la Ruhr. La France n’examinera que les propositions qui lui seront faites officiellement et directement par Berlin.  L’Amérique refuse de prendre parti pour l’Allemagne.

+ Les Etats-Unis ne veulent pas réclamer les Antilles françaises pour compenser le paiement de ses dettes de guerre par la France. 

+ « La Belgique reste aux côtés de la France ». Mais elle reste attachée à la recherche d’une conciliation entre la France et l’Allemagne.

+ « La situation dans la Ruhr » :

      – Quatre saboteurs de circuits téléphoniques arrêtés à Düsseldorf.

      –  Le corps de M. Petit, agent technique des chemins de fer, victime de coups de feu à la gare de Ludwigshafen, a été rapatrié en France.

      – Les avocats alsaciens affirment leur attachement aux décisions françaises.

      – Un soldat français tue accidentellement une jeune Allemande.

      – À Paris, le député allemand Hoellin  a été arrêté. Il participait au meeting du parti communiste pour protester contre l’occupation de la Ruhr par la France.    

+ « L’Allemagne manque à ses engagements de désarmement ». La Droite allemande refuse la reprise des activités de la commission de contrôle alliée sur l’armement du pays.  

+ Le prix du pain. On pourrait s’orienter vers une suppression de taxes sur la farine pour faire baisser le prix du pain.        

+ Les vainqueurs du Sahara fêtés à l’hôtel de ville de Paris. M. Citroën et M. Haardt  ont été félicités pour leur réussite de la traversée du Sahara en autochenille. Un jeune nègre que M. Haardt a ramené de Tombouctou assistait à la réception.

+ Battling Sikli a été battu aux points en 20 rounds par l’Irlandais Mac Tigue. Le match a pu se dérouler sous la surveillance de l’armée, malgré la volonté des rebelles de M. de Valera (5) de s’y opposer afin de célébrer Saint Patrick.  

______________________________________________

  • Sources : Gallica/BNF.
  • (2) L’exploitation de l’huître traditionnelle d’Arcachon, la Gravette, sera abandonnée en 1924.
  • (3) « Cupidon ». Une série de voiliers de 6 m, portait ce nom. Ils appartenaient à Philippe de Rothschild. Le dernier, « Cupidon-Fou », fut construit en 1929 par le chantier Bonis frères à Lormont. En 1928, Jean Bonin crée le chantier arcachonnais.
  • (4) Émile Couzinet. (1896-1964). Producteur et réalisateur, il  a su créer un vaste réseau de salles, en Aquitaine notamment, qu’il alimentait par ses propres films le plus souvent inspirés par le théâtre de boulevard, par la tradition de la farce parfois grivoise ou par les œuvres de cape et d’épée. Son slogan publicitaire disait : « Couzinet, on y rit, on ira ». Ses studios, d’abord installés à Royan, ont été transférés à Bordeaux en 1945, pour devenir « Les Studios de la Côte d’Argent ». Il y a fait tourner des acteurs de talent et fait débuter Jean Carmet ou Robert Lamoureux. Il eut pour assistant…Sergio Leone. Le Bordelais Marcel Roche était de presque tous les films. Couzinet utilisait deux ou trois cameras simultanément pour gagner du temps au tournage et au montage. On considère aujourd’hui que Couzinet est un nom qui compte dans l’histoire du cinéma français.
  • (5) M. de Valera. Chef des nationalistes irlandais opposés à la présence britannique dans le pays.