1920, 20 juin : cachez ces maillots Mesdames !

                 # – 10 – L’ACTUALITÉ  D’ARCACHON  ET  DU  BASSIN  IL Y A  CENT  ANS

                                                           ______________

                          « L’Avenir d’Arcachon ». N°3504 Dimanche 20 juin 1920 (1)    

                            Journal des Intérêts Balnéaires, Industriels et Ostréicoles de la contrée (1e partie)

                                                                      PARAISSANT LE DIMANCHE

                                                                         Le Numéro : 15  Centimes

                   Abonnements pour la saison de 6 mois : 5 fr. Pour un an : 10 fr. Insertions : on traite à forfait

                                                     _____________________________________________________

                                                          * ÉDITORIAL D’ALBERT  CHICHÉ *

                                                      – INCULPÉ

– Le journaliste rappelle que M. Thévenot « est inculpé pour dissimulation de ses bénéfices de guerre ». Puis il se livre à l’inventaire « de ses dépenses insensées  liées à sa folie des grandeurs ».  À savoir cinq ou six millions dépensés à Arcachon de la façon suivante :

   + Trois-cent mille francs pour acquérir la villa Saint-Yves.

   + Achat et démolition de trois chalets contigus à cette villa pour agrandir son parc pour un total de 800 000 francs.

   + Réparations constantes du perré écroulé de la villa et construction d’une jetée pour accostage de son yacht.

    + Tentative de comblement du « trou Saint-Yves » par sabordage d’un bateau chargé de pierres ce qui engloutit aussi des sommes énormes.

    + Allongement de la lourde grille d’entrée.

    + Construction d’un élégant pavillon pour le concierge. Comme le bâtiment déborde sur le boulevard son propriétaire est condamné à une forte amende et à la démolition de la bâtisse.

     + « Comme Louis XIV qui voulait son Versailles », M. Thévenot achète de l’autre côté du boulevard plusieurs maisons qu’il fait démolir pour les remplacer par ses écuries, ses remises, ses garages et ses chenils.

Château et parc Chavat

    + Plus loin à droite, achat d’un vaste terrain pour y construire un palace.

– Et l’inventaire se poursuit :

    + À Podensac, il fait bâtir sur les bords de la Garonne, un vaste château situé au centre d’un grand parc « peuplé statues de marbre blanc ». Les habitants parlent de dix millions de dépenses. (2)

    +  À Paris, il possède un somptueux hôtel avenue Iéna.

Puis Albert Chiché évoque les ambitions politiques de M. Thévenot. « Une seule voix lui a manqué pour être élu sénateur. Il va encore tenter sa chance en multipliant les promesses : un pont sur la Garonne, un port à La Teste, un palais des sports à Arcachon ».

Conclusion outrée du journaliste : « Le fait d’avoir réalisé d’immenses profits pendant la guerre constitue le plus révoltant des scandales et  ces fortunes mal acquises devraient être distribuées aux mutilés, aux veuves et aux enfants des héros qui tombèrent au champ d’honneur ».

Château d’eau Le Corbusier à Podensac

                                              * INFORMATIONS *

– Les quinze premières listes de souscription pour la construction du monument aux morts d’Arcachon forment le total de 59 603 francs.

– Défense est désormais faite aux baigneuses d’employer le maillot, à moins qu’il ne soit recouvert d’une jupe cachant le haut des jambes.

– On annonce l’arrivée d’un nouveau commissaire de police à Arcachon.

Il y a à Arcachon une femme de 83 ans qui ne possède que cinquante francs par mois pour vivre et payer son loyer. Elle se nourrit de pain, de haricots et de pommes de terre. Locataire de M. Bossuet, coiffeur, elle doit quitter son logement à la fin du mois. M. le Maire de Bordeaux a dit avec juste raison qu’il faut des riches. Il y a tout de même des gens trop pauvres et des gens trop riches, tel M. Thévenot. Ceux-ci devraient comprendre qu’ils ont des devoirs et que l’étalage de leur luxe insolent soulève une violente indignation.

– La commission d’hygiène de notre ville s’est réunie et a décidé : la surveillance des chemins menant aux plages,  l’amélioration de certains logements insalubres,  l’entretien des quinconces de la gare et le déplacement éventuel des water-closets qui s’y trouvent, l’amélioration de la voirie pour les arrosages et les essais de goudronnage. 

                                   * UN  AMÉRICAIN  PARLE  DES  PASSES *

– Albert Rödel qui poursuit da campagne pour l’amélioration des passes du Bassin rencontre un Américain « business man de premier ordre dans son pays » qui lui dit : «  Arcachon, si vous le vouliez, deviendrait un des premiers ports de pêche du monde ».  On lui objecte le mauvais état des passes. Il répond : « C’est un obstacle que l’on pourrait supprimer ou tout au moins tourner. On fait chez nous des choses plus difficiles et vos ingénieurs pourraient faire aussi bien. Il faut toujours essayer ». Et Albert Rödel de conclure : « Sortirons-nous un jour d’une inertie coupable ? La France en a besoin pour reprendre sa place dans le monde ». 

                                   * Mme BRINBORION  SE   REBIFFE *

– Au cours des discussions menées lors de ses « jeudis », Mme Brinborion affirme qu’elle veut se passer de bas de soie et adopter la mode des jambes nues. Quand Pangloss la critique,  elle ajoute : « Je ne suis pas une esclave, je m’habillerai comme  bon me semble et j’irai les jambes nues, si cela me plaît ». (3)

                                                                                                      (À suivre)        

_____________________________________________________________

  • Sources : Gallica-BNF
  • (2) Le parc (dit Chavat et actuellement de 5,5 hect.), le château et les serres sont depuis 1934  propriétés  de la commune de Podensac (33). Ils forment l’un des plus beaux sites de Gironde. Le parc renferme un château d’eau, première œuvre de Le Corbusier édifiée en 1917. L’ensemble, classé, est en rénovation et se trouve inscrit au loto du patrimoine pour sa sauvegarde. (Voir le film sur You Tube).
  • (3) 1920 : c’est le début des « années folles » et de la libération de la femme.